Marche « Je Suis Charlie »

Marche du dimanche 11/01/2015

Comme près d’au moins 3,7 millions de personnes, selon le ministère de l’Intérieur, je suis allé à la marche dimanche.

Pourquoi ?

Pour apporter mon soutien aux familles et aux amis des victimes principalement.
Je ne voulais pas aller marcher contre le terrorisme, car je ne demandais ni ne revendiquais rien, ce n’était pas pour moi une manifestation. De plus manifester contre le terrorisme c’est un peu comme manifester contre les cons, l’idée est belle mais les principaux intéressés n’a rien à faire ou ne le comprennent pas…
Je sais que beaucoup étaient là pour la liberté d’expression et la liberté de la presse, et c’est une bonne chose, mais sauver la liberté de la presse devrait être un geste que chacun effectue au quotidien, pour promouvoir une presse / une information de qualité, et ne pas cautionner les journaux à scandales ou les émissions de télé réalité. c’est un point de vue, le mien et je comprends que les gens ne soient pas d’accord. Pour moi Charlie hebdo, reste au même titre que Fluide Glacial, un journal qui me faisait bien marrer et que l’on retrouvait généralement dans les toilettes des potes.

J’ai longtemps hésité à y aller, j’avais peur des récupérations politiques et des débordements, peur de la colère que les Français ont ressentie et avait sans doute besoin d’extériorisé et peur aussi de retomber sur un malade qui fasse un carton dans la foule.
Mais au final j’y suis allé et vous tous m’avez donné raison d’y être, car si l’on avait été 200 ou 300 000 personnes, des partis politiques auraient pu essayer de tirer la couette à eux, mais 3,7 millions de personnes .! Aucun n’oserait s’approprier ce rassemblement sans passer directement pour ridicule.
De plus tout s’est bien passé, aucun débordement, les forces de l’ordre applaudissent et acclament. Une bonne chose.

Mais la suite reste à écrire et des choses sont à faire.

J’appréhende le fait qu’on nous ressorte des lois antiterrorisme qui vont brider l’expression sur Internet ou dans la vie courante, je pense que l’interdiction fait justement naître les frustrations. Pour moi le problème ne se situe pas dans les lois qui sont déjà très envahissantes niveau vie privée (comme la loi de programmation militaire par exemple), mais plutôt dans la mise en oeuvre et les moyens qui leur sont alloués. Ce n’est pas en votant des choses que l’on va améliorer le monde, mais en étant respectueux et en faisant en sorte de pouvoir faire appliquer ce qui existe déjà.

Et voici typiquement le genre de chose qui me fait peur :

Pour Claude Guéant, « des libertés peuvent être facilement abandonnées »

Mais après la marche de dimanche j’ai repris un peu espoir dans l’être humain et espère que les gens vont continuer dans la même voie. Car la lutte pour les libertés et améliorer le monde est un combat de tous les jours, et doit être menée par chacun.

Laisser un commentaire